Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 4- Bouches du Rhône > Calanques > De Luminy à la Candelle

De Luminy à la Candelle

mardi 14 novembre 2017


Par le col de Sugiton

Plus haut, toujours plus haut... la hauteur pour en prendre, pour voir loin, pour distancier...
La hauteur pour le vent, la course des nuages, le travail des jambes...

La hauteur pour la pause, au soleil, perdu, peinard entre deux rochers,...

La hauteur pour ces voix, anonymes, qui longent les parois, se réverbèrent et qu’accompagne le cliquetis des pitons, ou, surgissent soudain des flots quand, dans une rafale soudaine, sur une vague plus pentue, une voile part en surf...

lundi 28 décembre 2015

Dénivellation : 380 m Durée : 4h 30

Lieu de départ : Luminy
Rejoindre le campus de Luminy dans les quartiers sud est de Marseille
Stationnement : Utiliser les parkings devant l’Ecole d’Architecture et la faculté des Sciences

Voir la carte IGN

Du parking se diriger plein sud : la piste débute à la barrière et conduit au col de Sugiton. Ne pas descendre dans le vallon de Sugiton mais continuer sur la gauche la piste de niveau qui se dirige dans un premier temps vers l’est. La piste de droite conduit vers l’ouest à la table d’orientation située à la vigie de Sugiton (très belle vue sur Morgiou et Sugiton) ; celle de gauche conduit vers le nord au pied du Mont Puget.

La piste contourne le vallon adjacent à celui de Sugiton, et coupe 200m avant la barrière de l’ONF le GR en provenance de la falaise des Toits. Prendre ce GR, il suit un ex sentier muletier qui rejoint les corniches supérieures du Mont Puget. Par toute une enfilade de balcons offrant de somptueuses perspectives sur Morgiou, la Candelle, le massif des calanques le GR mène au Pas de la Candelle. Cette dorsale, parallèle au cap Gros qui la domine, conduit par un sentier de crête au point 550, coiffé de quelques cairns, qui constitue comme le Mont Puget voisin un magnifique observatoire.

Du Pas la vue s’échappe sur la baie de Cassis et le Cap Canaille. En contrebas s’ouvre le Val Vierge et l’enfilade des falaises du Devenson. En contournant le haut du Val Vierge il est possible d’atteindre le col des Charbonniers et le début des falaises. Elles offrent une magnifique perspective sur le pied de la Candelle, la Lèque et la calanque de l’Oeil de Verre.

Il est aussi possible, à partir du haut du Val Vierge de prendre le sentier qui conduit au sommet du Cap Gros (100 m de dénivelé) et faire dans ce cas la boucle qui revient par le point 550 et la dorsale du Pas de la Candelle. Compter une bonne heure de plus.

Pour le retour mettre ses pas dans ses pas, les sentiers conduisant à La Lèque ayant été fermés et déséquipés.


A proximité de la mer, quelle que soit la nature de la roche, calcaires, dolomies, schistes, porphyres, granites, etc, la flore littorale échappe beaucoup plus que la flore de l’intérieur à la nature du sol. La présence constante de sel marin est un facteur écologique qui conditionne, pour l’essentiel, la répartition des plantes. La mer asperge des végétaux qui, parfois, ne pourraient vivre sans sel ou en supportent l’action avec beaucoup de réussite. Les plantes de falaises sont en général vivaces, à racines s’ancrant profondément dans la moindre fissure ou à rameaux s’étalant sur le plus petit replat.
Tout près du niveau de la mer, soulignant de vert les anfractuosités de la roche, le Perce-Pierre ou crithme marine occupe une position pionnière qu’il tient d’ailleurs tout le long du littoral méditerranéen et atlantique. Aux niveaux les plus exposés, se fixent aussi un Plantain , la Camphorée, une Carotte sauvage, etc.

Au-dessus, sur des replats de plus en plus importants, la végétation passe progressivement à des formes arbustives. Le vent reste néanmoins un élément déterminant des conditions locales de vie et de la forme des végétaux. Dans cette zone de transition, la Passerine marque de sa physionomie particulière certains sommets de falaises. Le Cinéraire , les Immortelles et l’Asteriscus maritimus soulignent souvent de leurs formes plus ou moins prostrées et de leurs floraisons jaunes la limite extrême de la végétation de l’intérieur. .

Portfolio