Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Sur les contreforts de l’Obiou et du Châtel

Sur les contreforts de l’Obiou et du Châtel

dimanche 29 janvier 2017

Nous sommes dans le Trièves, un territoire huguenot, un balcon suspendu au dessus du Drac, adossé aux falaises du Vercors et aux montagnes du Devoluy ; nous sommes toujours dans les Préalpes.
Le Drac occupe le sillon rhodanien qui sépare massif ancien cristallin (Ecrins) et les Préalpes.

Dénivelé : 990 m Durée : 6h00

Rejoindre Mens et se diriger vers l’ancienne colonie de vacances (Le Verdier).
Stationner au début de la piste, au niveau des dernières constructions.

Voir la carte IGN
L’extrait de carte ne suffit pas pour randonner : il est indispensable de disposer de la carte indiquée.

En bordure du parking, un panneau "Pierre des Sacrifices" signale le sentier à emprunter. Il s’élève dans le sous-bois jusqu’à un gros bloc de granit entaillé d’une rainure hélicoïdale. Cette pierre daterait de la période gauloise, avant l’invasion romaine.
Aucun document local n’atteste qu’elle fut, au gui de l’an neuf, le lieu de sacrifices druidiques, ni de son contraire…
A cette époque, les habitants du Trièves – les Tricori (qui étaient des Ligures) occupaient ce balcon au dessus du Drac. Leur nom proviendrait du carrefour des voies qui se croisaient sur ce plateau, un carrefour stratégique entre Grenoble, Gap et Die.

Le sentier débouche sur un carrefour de pistes forestières. Nous sommes dans des plantations d’épicéas. Prendre la piste d’en face, elle longe un espace pique-nique aménagé et conduit à un deuxième carrefour. La continuer en suivant le panneau "Baraque des Gardes". Un peu avant la baraque, la quitter pour prendre à main gauche la direction du Col de la Brêche. La végétation se raréfie, la vue se dégage, le sentier s’engage alors progressivement sur la vire de Pomaray : la falaise qui nous domine n’est guère impressionnante, c’est l’assise du "Bonnet de Calvin" - nous sommes en terre protestante - la falaise sur laquelle nous avançons est beaucoup plus haute mais.... nous n’en avons guère conscience !

Le sentier débouche au col de la Brèche (1770 m), les couches géologiques, redressées en cet endroit, n’ont pas offert à l’érosion la même résistance. Au-dessus de nous l’Aiguille (2037 m) cache en partie l’Obiou reconnaissable à son impressionnante assise calcaire.
Ne pas emprunter le sentier qui descend vers la forêt domaniale de l’Obiou mais celui qui, en zig zag, se dirige vers les strates rocheuses de l’épaule Sud du Châtel : une série de vires entrecoupées de ressauts rocheux, l’un est câblé mais n’offre pas de difficulté.
Attention toutefois, cette montée peut être glissante selon les conditions météorologiques.

Un cairn coiffe le sommet du plateau (1937 m). Au sud, la face Nord de l’Obiou affiche son empilement impressionnant de strates calcaires. Elle nous écrase par sa puissance.

Pour retrouver le parking, il faut traverser le plateau vers le Nord jusqu’au col, où un panneau indicateur nous invite à virer plein Ouest. De jolies vires permettent de rejoindre le pied de la falaise, de retrouver la forêt d’épicéas et la piste qui ramène à Mens.


Épicéa, pin sylvestre, pin noir d’Autriche, érable, hêtre, cynorrhodon... sont les principales variétés d’arbres et arbuste que le parcours présente.

Portfolio

  • La Pierre des Sacrifices
  • Sur la piste forestière
  • Epicéas couverts de givre
  • Falaise du Châtel et col de la Brèche
  • Glaciation
  • Sous les épicéas
  • Chardons
  • Buis en fleur
  • Mont Aiguille et Grand Veymont
  • Mont Aiguille
  • Au sommet
  • La Grande Moucherolle et les Deux Soeurs
  • La cuvette du Trièves
  • Mousse et buis
  • Graminée esseulée