Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 4- Bouches du Rhône > Sainte Victoire > La Sinne

La Sinne

dimanche 8 avril 2018

Sur le versant Nord de la Sainte Victoire, face au Ventoux, à la montagne de Lure et aux Alpes, la végétation est rase, chiche sur ces plateaux calcaires, maigres pâtures à moutons.
Dans les rares dépressions s’étirent quelques terres cultivables, sous le vent froid qui balaie imperturbablement le plateau...
Comme l’atteste l’aire de battage à blé derrière la ferme de La Sinne, nos ancêtres ont tiré leurs subsistances de ces terres durant cinq millions d’années, jusqu’au début du XXème siècle.

A la fin du IIIème millénaire avant J. C. un oppidum contrôle le passage au col des Portes.
A proximité, les ruines d’un castel dont ne demeurent que l’assise d’une tour et les fondations d’une chapelle.
La grotte de la Citadelle s’ouvre au pied de la falaise calcaire. La cavité abritait une sépulture collective de 37 corps. Le mobilier comportait des fragments de céramique, de lamelles, quatre armatures de flèches et quelques perles en pâte de verre. La datation fixe la sépulture entre Chalcolithique et Bronze ancien.

Au dessus de la grotte se trouve le petit habitat perché de la Citadelle (723m). Le site a été entièrement fouillé, il date de la fin du Néolithique. L’établissement était protégé par un petit mur d’enceinte prenant appui sur les bords de la falaise et déterminant un espace clos d’environ 800 m². Long de 50 m, en arc de cercle, il était bâti selon la technique du double parement avec comblement interne. A l’intérieur ont été relevés les vestiges d’une cabane de 8 m de long par 3 m de large et des vestiges abondants de mobilier. Les matériaux trouvés proviennent du voisinage, dans un cercle de 20 km.

La grande enceinte plus tardive et facilement observable en venant sur le site, date de l’Age du Fer Voir photo aérienne
Source : Sainte Victoire, de la Préhistoire à la fin de l’Antiquité - A D’ANNA, P LEVEAU, F MOCCI.

Eau rare, paysages monotones, isolement... Est-ce l’isolement qui avait dicté le choix du lieu et assuré la survie ?
La randonnée nous offre l’occasion de déambuler dans ces lieux uniformes, vastes plateaux arrasés où le regard se perd sur les neiges de Lure, le Cheval Blanc ou les Mourres de Chanier, et où la végétation n’a pas changé depuis 5000 ans.
Aujourd’hui, sans aides européennes, ces terres ne seraient que des friches. Aujourd’hui le département les a fendues de pistes qui sont autant de coupe-feux, les a habillées en zones protégées et a aménagé, à coté d’immenses parkings, des parcelles pour le pacage des ovins.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document