Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 4- Bouches du Rhône > Calanques > Grotte Cosquer : les animaux terrestres

Grotte Cosquer : les animaux terrestres

lundi 20 novembre 2017

La grotte Cosquer offre une palette d’animaux terrestres d’une grande richesse. L’identification de chaque représentation a demandé un travail minutieux, une lecture délicate du message paléolithique effacé par le temps, détruit par la nature et parfois déformé dès sa réalisation.
Sur les parois humides se côtoient chevaux, bisons et aurochs, bouquetins et chamois, divers cervidés, un félin et des animaux indéterminés. En tout, 142 animaux.

Cheval pansu peint en noir - salle basse de la zone ouestAvec 48 gravures ou peintures, le cheval est l’animal le plus représenté dans la grotte.
Ce cheval noir, long de 68 cm, présente des contours simples ; les pattes sont assez gauches, mais certains détails sont bien marqués, tels que l’œil, la ganache ou la crinière en hachures parallèles.

 

Cheval noir réduit au protomé ; zone est de la grande salleCe cheval a été peint à 1,20 m du sol, sur une surface molle. On distingue la tête, remplie de traits noirs, la crinière, faite de longs traits épais parallèles et le poitrail.

 

Cheval gravé ; sommet de la faille aux bisons

Ce cheval, long de 45 cm, est gravé sur le même panneau qu’un chamois et une biche. Les marques sont assez profondes et révèlent un tracé sûr. Le cheval présente de bonnes proportions, une tête fine et un ventre volumineux. Seules les pattes, gravées en Y, sont très grêles. Son sexe est figuré par deux traits convergents, en V, comme le cheval peint en noir du panneau des chevaux. Ce détail permet de conclure à la contemporanéité des peintures et des gravures. Aucun moyen de datation absolue ne permettant en effet de dater les gravures, celles-ci sont situées chronologiquement par comparaison avec les peintures au charbon qui, elles, font l’objet de datations directes.

Cerf peint en noir, salle basse de la zone ouest

Découvert sur un plafond bas de la zone ouest, ce cerf est peint en noir avec précision : on distingue une oreille ainsi que l’andouiller d’œil, et ses bois sont bien sont vus de face alors que l’animal est de profil sont bien ramifiés. Cette convention que l’abbé Breuil appelait " perspective tordue ", se retrouve sur les bisons, les bouquetins, les chamois, les aurochs. Elle est assez caractéristique de l’art du Solutréen, ce qui s’accorde bien avec la chronologie de la grotte Cosquer, phase 2.
Comme les autres animaux peints sur ce plafond, il est en partie recouvert de
cristallisations de calcite blanche, notamment sur l’arrière-train.

Grand bison

Ce bison au tracé simple présente des particularités intéressantes : avec ses 1m.20, il est l’un des plus grands animaux de la grotte ; de plus il est représenté en entier et, ce qui est rare, sa tête est de trois quart.
Seules ses pattes ne sont pas terminées. Quant à l’absence de sabots, elle est caractéristique de tous les animaux de la grotte.

Bouquetin

Sur la faille est, petit bouquetin gravé associé à de nombreux raclages
Ce petit bouquetin au ventre croisillonné présente un corps massif et une queue dessinée dans le prolongement de la ligne du dos, qui n’est pas rattachée à l’arrière-train. La série de croisillons pourrait symboliser le pelage. Au-dessus du bouquetin a été gravé un animal que nous interprétons comme un phoque vu de dessus, barré d’un trait qui pourrait symboliser un projectile.

A coté de ces animaux terrestres figures des mains et des animaux marins.
Voir la page

Direction scientifique : Jean Clottes et Jean Courtin
Photos A. Chéné, CNRS/CCJ.
Reproduction avec l’aimable autorisation des Services de recherches archéologiques.